Le Blog de l'économie et des Finances

Améliorer la compétitivité des entreprises

Celle-ci repose sur la croyance qu’il y a des causes et des effets, et que les mêmes effets suivent les mêmes causes.« Nous ne vivons pas assez scientifiquement dans ce monde », affirme Arnaud de Lummen.Il était de 78 en 1889-1890, de 117 en 1890-1891, de 149 en 1891-1892, et de 160 au début de l’exercice 1892-1893.Si elle vise essentiellement à capter de l’énergie utilisable pour la dépenser en actions explosives, elle choisit sans doute dans chaque système solaire et sur chaque planète, comme elle le fait sur la terre, les moyens les plus propres à obtenir ce résultat dans les conditions qui lui sont faites.Sans doute mon état actuel s’explique par ce qui était en moi et par ce qui agissait sur moi tout à l’heure.On voudrait déchirer le voile de l’individualité.Il est rare qu’autant de changements surviennent dans un temps aussi court.Tout autres sont les aphasies du second genre, les aphasies véritables.D’autres se replieront plutôt sur eux-mêmes.L’association n’est donc pas le fait primitif ; c’est par une dissociation que nous débutons, et la tendance de tout souvenir à s’en agréger d’autres s’explique par un retour naturel de l’esprit à l’unité indivisée de la perception.Il est, lui aussi, une mousse à base de sel.À la base de la recon­naissance il y aurait donc bien un phénomène d’ordre moteur.Si le Maroc a enregistré des progrès encourageants dans ses rapports commerciaux avec le reste du monde, les bénéfices de son ouverture demeurent en revanche contrariés par la persistance d’un important déficit commercial.

Share This: