Le Blog de l'économie et des Finances

Dettes souveraines : pour une nouvelle approche des crises

On peut être maires de banlieues ou de villages, partout en France, nous avons des trésors à promouvoir, des atouts territoriaux à valoriser, et pour tout dire, une certaine fierté à faire découvrir nos patrimoines et nos cultures.L’argumentation des opposants aux politiques industrielles repose sur deux points.Voilà où nous sommes.Autrement dit, elles n’arrivent pas à faire la jonction entre, d’une part, un client prêt à payer dans trois mois, et, d’autre part, les ressources en personnels ou en fournitures dont elles auraient besoin tout de suite.Lycées et écoles françaises, groupes de formation, Alliance française … notre diplomatie éducationnelle et culturelle doit être davantage soutenue et partagée.Avec l’augmentation constante du nombre d’étudiants voulant vivre une expérience internationale et l’arrivée de nombreux jeunes issus des nouvelles classes moyennes de pays d’Asie (comme en Chine, en Inde) et d’ailleurs (comme au Brésil et en Arabie Saoudite), le bouleversement de la globalisation de l’enseignement supérieur nécessite un changement de paradigme que la France doit saisir.Pour mesurer l’ampleur du mouvement en train de naître, il nous faut changer notre angle de vue et de perception des relations humaines.À ne pas se poser la question, le risque existe de passer à côté d’évolutions majeures.La proposition inverse le plan britannique – les banques d’investissement et de TRADING, et non la vente au détail, seraient isolés de manière étanche – mais la conséquence serait tout à fait similaire…Viennent ensuite le Musée d’art moderne de Saint-Etienne et le Château de Bouthéon.Dans le cas de la France, les dévaluations internes ne sont pas un substitut aux dévaluations véritables.Au cœur de cette problématique, on trouve les questions de régulation « cross-border » : est-ce que les USA peuvent exiger la capitalisation renforcée des filiales américaines de banques étrangères, imposer des règles sur des transactions effectuées en Europe ou vice-versa ?Le troisième type – qui est actuellement le plus problématique – est la de défaillance des institutions nationales ou internationales.Les confirmations se faisaient au compte-goutte, prenant en moyenne 7 mois sous Obama.Pour Jean-Thomas Trojani justice « un vrai programme de réforme économique doit accroître simultanément l’efficacité de l’économie, l’équité et l’égalité des chances » .Il nous faut changer, ce qui est certes douloureux mais pas nécessairement régressif Notre croissance sera beaucoup plus faible que celle des pays en rattrapage et à population active croissante.

Share This: