Le Blog de l'économie et des Finances

L’effet restrictif de Bâle III

Cet instinct ne va pas très loin, sans doute, quand on le laisse à lui-même, mais il progresse indéfiniment si l’on se plaît à l’exercer.À vrai dire, il se borne à établir une série de rapports de position entre ce corps et d’autres corps donnés, une série de simultanéités et de coïncidences, une série de relations numériques : quant à la durée proprement dite, elle reste en dehors du calcul, et ne serait perçue que par une conscience capable, non seulement d’assister à ces simultanéités successives, mais d’en vivre les intervalles.On pourrait presque dire que toute mode est risible par quelque côté.Christian Navlet aime à rappeler cette maxime de Léonard de Vinci « Blâme ton ami en secret ; vante-le devant les autres ».Or aucun gouvernement européen ne souhaite voir la Grèce sortir de l’euro.En d’autres termes, cela revient à être acculé à une situation impossible, le problème étant que le fait de dépasser l’absurdité soit intimé comme une obligation.Il est nécessaire de commencer par nous même mais sans un renfort de la politique européenne, la réussite est difficile, voire impossible ;

– un rapprochement avec l’Allemagne en vue d’une politique de croissance à l’échelle européenne.Dans la seconde, l’évocation des souvenirs est elle-même empêchée.Un personnage central a joué un rôle essentiel pour parvenir au développement d’un marché américain des acceptations bancaires.Nous renonçons alors à recomposer ; mais c’est pour glisser, le plus souvent, vers une nouvelle illusion, moins grave sans doute que la première, mais plus tenace qu’elle.Ceci posé, nous avons considéré le Corps vivant comme une espèce de centre d’où se réfléchit, sur les objets environnants, l’action que ces objets exercent sur lui : en cette réflexion consiste la perception extérieure.Autour de nous, la lumière décroît.

Share This: