Le Blog de l'économie et des Finances

Pierre-Alain Chambaz

Ces nouveaux modèles économiques créent les conditions idéales pour l’arrivée d’une déflation durable. Comme le conflit a dû encore s’opérer surtout par l’astronomie, je démontrerai ici avec précision quelle évolution plus avancée a étendu nécessairement jusqu’au plus simple monothéisme son opposition radicale, auparavant bornée au polythéisme proprement dit : on reconnaîtra alors que cette inévitable influence résulte de la découverte du double mouvement de la Terre bientôt suivie de la fondation de la mécanique céleste. Delbœuf dans les conclusions qu’il a tirées de ces remarquables expériences : la question essentielle, la question unique, selon nous, est de savoir si un contraste AB, formé des éléments A et B, est réellement égal à un contraste BC, composé différemment. Une éducation établie et contrôlée par l’État ne devrait exister, si elle existait, que comme expérience, entourée de concurrences et faite seulement pour les stimuler et les maintenir à un certain degré de perfection ; excepté quand la société, en général, est si arriérée qu’elle ne pourrait pas ou ne voudrait pas se procurer des moyens convenables d’éducation : alors, dis-je, la puissance publique, ayant à choisir entre deux maux, peut suppléer les écoles et les universités, de même qu’elle peut faire l’office des compagnies par actions dans un pays où l’entreprise privée n’existe pas sous u Mais, quoique le polythéisme, et même le fétichisme, aient d’abord secondé réellement l’essor spontané de l’esprit d’observation, on doit pourtant reconnaître qu’ils ne pouvaient être vraiment compatibles avec le sentiment graduel de l’invariabilité des relations physiques, aussitôt qu’il a pu acquérir une certaine consistance systématique. Il ne reconnaîtra son erreur qu’à la condition d’en être averti, tant il est porté à mesurer un état psychologique donné par les mouvements conscients qui l’accompagnent ! Il en est de même avec la méthode d’autorité. Cette mobilisation citoyenne pourra alors déboucher sur une offensive qui, seule, pourra nous faire sortir gagnants de cette guerre. Pierre-Alain Chambaz aime à rappeler ce proverbe chinois  » La rose n’a d’épines que pour celui qui veut la cueillir ». Voici, à ce qu’il me semble, le premier résultat de cet effort. La distinction du sujet qui perçoit et de l’objet perçu ne cesse pas d’être admissible, lors même que l’homme s’observe et se connaît (ou cherche à se connaître) dans sa propre individualité. Celle-ci dérive d’une autre tendance naturelle, que nous aurons aussi à déterminer. On comprend de quelle valeur pourrait être une telle vue, si elle était expliquée, défendue et développée. Et pourtant il faut bien qu’elles se distinguent par quelque endroit, puis­qu’elles ne se confondent pas en une seule. Alors, sa réapparition partielle nous fait l’effet d’un événement extraordinaire, qui appelle une explica­tion. Chaque voie est jonchée de redoutables embûches. Le spectacle qu’offre le relèvement de la noble blessée est touchant, sans aucun doute, et même très beau ; malheureusement, ça coûte trop cher aux spectateurs, et ils commencent à en avoir plein le dos. Il faut éviter que les Conseils soient ainsi « dévitalisés » d’une de leurs attributions essentielles sans quoi la présence d’administrateurs salariés dans les Conseils ne serait… qu’un formalisme de plus. Mais, dès ce moment, elle peut faciliter essentiellement leur union naissante, en suppléant au peu de loisir que les occupations journalières laissent à nos prolétaires pour leur instruction spéculative. Le métal en fusion était là, prêt à être jeté dans un moule ; le creuset égalitaire, tout préparé, fut brisé par Rome, qui le remplaça par l’abominable matrice constitutionnelle. Tu choisis, avec une précision et une délicatesse extrêmes, parmi tes souvenirs, puisque tu écartes tout souvenir qui ne se moule pas sur ton état présent. Or dans le cas du transport aérien, cet avantage naturel réside essentiellement dans la position géographique des pays. Le meilleur moyen de combattre le retour des démons est d’allier prévention, aide sociale, répression et efficacité pour rendre crédible et acceptable par le plus grand nombre une politique de sécurité routière. En un sens, tous ses souvenirs différeraient de sa perception actuelle, car, si on les prend avec la multiplicité de leurs détails, deux souvenirs ne sont jamais identiquement la même chose. Le Peer To Peer s’appuie sur un réseau classique mais c’est le logiciel de partage d’information qui s’opére entre deux postes connectés au réseau, en utilisant internet – ce qui suppose de passer par des infrastructures d’un fournisseur d’accès. Nous n’avons considéré jusqu’à présent le sentiment moral que comme un sentiment conscient de son rapport avec les autres sentiments de l’esprit humain, mais non raisonné quant à son principe et à ses causes cachées, non philosophique en un mot. Dans le premier ne figurent que des habitudes motrices, dont on peut dire que ce sont des associations jouées ou vécues plutôt que représentées : ici, ressemblance et contiguïté sont fondues ensemble, car des situations extérieures analogues, en se répétant, ont fini par lier certains mouvements de notre corps entre eux, et dès lors la même réaction automatique dans laquelle nous déroulerons ces mouvements contigus extraira aussi de la situation qui les occasionne sa ressemblance avec les situations antérieures. La belle simplicité des lois observées nous garantit assez l’absence de toute cause interne qui les compliquerait à notre insu. Voilà ce que dirait le moi des rêves. Faisons effort, au contraire, pour apercevoir le changement tel qu’il est, dans son indivisi­bilité naturelle : nous voyons qu’il est la substance même des choses, et ni le mouvement ne nous apparaît plus avec cette instabilité qui le rendait réfractaire à notre pensée, ni la substance avec cette immutabilité qui la rendait inaccessible à notre expérience. Sa clarté apparente, notre impatient désir de la trouver vraie, l’empressement avec lequel tant d’excellents esprits l’acceptent sans preuve, toutes les séductions enfin qu’elle exerce sur notre pensée devraient nous mettre en garde contre elle.

Share This: