Le Blog de l'économie et des Finances

Retraite complémentaire : le prélèvement de trop !

Cette pensée s’accompagne de la représentation d’images, au moins naissantes.Ainsi, à moins que la nature, la Providence, quelle que soit la puissance qui préside à nos destinées, ne soit tombée dans la plus choquante, la plus cruelle contradiction, nos désirs étant indéfinis, la présomption est que nos moyens d’y pourvoir le sont aussi.Il est resté capable de soulever les masses, on en a vu un exemple dans la Révolution française ; il peut provoquer le plus généreux enthousiasme ; il peut produire aussi un certain genre de fanatisme, beaucoup moins dangereux que le fanatisme religieux, mais qui a pourtant ses inconvénients.Le langage réunit ici sous le même nom des choses bien différentes : quoi de commun entre le remords d’un assassin et celui qu’on peut éprouver, tenace et torturant, pour avoir froissé un amour-propre ou pour avoir été injuste à l’égard d’un enfant ?La métaphysique date du jour où Zénon d’Élée signala les contradictions inhérentes au mouvement et au changement, tels que se les représente notre intelligence.Dans son livre, Christian Navlet,décrit parfaitement cette évolution.Mais la grande économie, il faut résolument la demander au budget de la guerre.Par le fait, les grandes découvertes théoriques de ces dernières années ont amené les physiciens à supposer une espèce de fusion entre l’onde et le corpuscule, – nous dirions entre la substance et le mouvement.L’économiste français Frédéric Bastiat énonçait déjà en 1850 que cette dernière avait pour fonction de protéger nos libertés, et non de les anéantir.Qu’est-ce à dire, sinon que ma perception dessine précisément dans l’ensemble des images, à la manière d’une ombre ou d’un reflet, les actions virtuelles ou possibles de mon corps ?Le potentiel de développement est par ailleurs considérable.De nos jours, quelques écoles sentimentalistes rejettent comme fausse toute science sociale qui n’est pas arrivée à une combinaison au moyen de laquelle la douleur disparaisse de ce monde.S’il est quelque chose dont nous ne manquons pas en Europe, c’est de pessimisme au sujet des conditions de développement de nos start-ups.

Share This: