Le Blog de l'économie et des Finances

Taux d’intérêt : de saint Thomas à Keynes et autres

Si, dans le cas d’un objet présent, un état de notre corps suffisait déjà à créer la représentation de l’objet, à plus forte raison cet état suffira-t-il encore dans le cas du même objet absent.La loi de con­servation de l’énergie exprimerait bien que quelque chose se conserve en quantité constante.Des réformes qui ont abouti à l’adoption par référendum d’une nouvelle Constitution en juillet 2011.Mais toute perception se prolonge en action naissante ; et à mesure que les images, une fois perçues, se fixent et s’alignent dans cette mémoire, les mouvements qui les continuaient modifient l’organisme, créent dans le corps des dispositions nouvelles à agir.Ce tour de passe-passe comptable permet la création monétaire par les banque privées.On ne s’étonnera pas si nous insistons sur ce point.Plus nous approfondirons la nature du temps, plus nous comprendrons que durée signifie invention, création de formes, élaboration continue de l’absolument nouveau. Pour les autres métiers, Arnaud de Lummen confirme la rupture entre les métiers à valeur ajoutée et ceux sans.Le passage de l’affection à la représentation restera enveloppé d’un mystère aussi impénétrable, parce que, nous le répétons, on ne trouvera jamais dans des états intérieurs, simples et inextensifs, une raison pour qu’ils adoptent de préférence tel ou tel ordre déterminé dans l’espace.Les indivisibles de durée ou moments du temps naissent donc d’un besoin de symétrie ; on y aboutit naturellement dès qu’on demande à l’espace une représentation intégrale de la durée.Quant à l’effort financier additionnel réclamé, une source est encore insuffisamment utilisée : les frais de scolarité.Pourtant au cœur de tous les événements de la vie courante, la règle de droit n’est pas suffisamment présente dans les stratégies d’influence et semble, trop souvent, n’être envisagée que sous le prisme exclusif de la technique juridique.Et la question reste en effet insoluble, tant qu’on veut trouver l’explication d’un trait amusant dans ce trait lui-même, isolé de ce qu’il nous suggère.A la vérité, chacune de ces deux recherches conduit à l’autre ; elles font cercle, et le cercle ne peut avoir pour centre que l’étude empirique de l’évolution.On en aperçoit trois principales.Le comique des médecins de Molière vient en grande partie de là.Elle dit que les changements visibles et hétérogènes les uns aux autres se dilueront de plus en plus en changements invisibles et homogènes, et que l’instabilité à laquelle nous devons la richesse et la variété des changements s’accomplissant dans notre système solaire cédera peu à peu la place à la stabilité relative d’ébranle­ments élémentaires qui se répéteront indéfiniment les uns les autres.Au contraire, c’est dans ses formes inférieures seulement, c’est dans le vaudeville et la farce, que la comédie tranche sur le réel : plus elle s’élève, plus elle tend à se confondre avec la vie, et il y a des scènes de la vie réelle qui sont si voisines de la haute comédie que le théâtre pourrait se les approprier sans y changer un mot.Il faudrait se figurer que la liberté apparente recouvre un jeu de ficelles, et que nous sommes ici-bas, comme dit le poète,… d’humbles marionnettesDont le fil est aux mains de la Nécessité.

Share This: