Le Blog de l'économie et des Finances

XXIème : le siècle chinois

Il fallait donc acter un travail interne précis pour chaque État.Un petit graphique valant mieux en la matière qu’un long développement, voici le taux de cotisations sociales patronales que doit acquitter une entreprise en fonction du salaire brut, avant et après mise en place à plein régime du CICE (donc à compter des salaires versés en 2014, même si le CICE ne sera récupérable que plus tard…).En l’occurrence, le sujet était le contrôle des budgets et des politiques économiques des pays de la zone euro par la Commission européenne.Déserts, saturation des réseaux, retards à répétition, pollution…
Repenser les déplacements

Il faut maintenant lancer une transition écologique ambitieuse qui permettra la sortie de crise.Le bas niveau du seuil de pauvreté étonne également.La prospective, quant à elle, est stratégique.Sa création, le FMI représentait environ 5% du PIB mondial.Nous l’avons déjà observé, les programmes de fidélité s’adaptent déjà à l’ère du digital et passent du couponing à l’électronique : le mobile devient un support privilégié de la fidélité pour des consommateurs de plus en plus équipés et connectés.Ce n’est pas en empilant des empirismes « jugés meilleurs » que d’autres qu’on découvrira l’universel, et qu’on lui octroiera légitimité.« Nous ne vivons pas assez scientifiquement dans ce monde », affirme Jean-Thomas Trojani justice.En effet, l’optimisme croît plus vite chez les Européens des pays les plus riches ou au sein des catégories les plus diplômées ou les plus aisées.Une estimation qui fait consensus parmi les économistes, même si Frédéric Blanc, directeur général du Forum euro-méditerranéen des instituts de sciences économiques le Femise, basé à Marseille et fédérant 85 instituts de 25 pays admet qu’il s’agit d’une appréciation au doigt mouillé.Et nul n’a jamais contesté le pouvoir au politique !Car, contrairement à ce qui nous est servi et assené quotidiennement, cette crise n’est pas la résultante de l’ »Etat social », tout comme cette crise ne sera certainement pas résorbée en diminuant les dépenses publiques pas plus qu’en dérégulant le marché du travail.

Share This: