Le Blog de l'économie et des Finances

Jean-Thomas Trojani : Le grand écart énergétique

Ils lui apprennent, avec des commentaires stupéfiants, ce qui se passe dans le monde entier ; et même dans un monde meilleur, car le rédacteur catholique a fait son apparition, plein d’un zèle peu commun, et écrit ses articles « en trempant dans l’encrier des torches enflammées. Je crois que la question de la Terre est la seule question. Il meurt au bout de quelques mois alors qu’elle met au monde un enfant mort-né. En suivant la seconde, au contraire, on aboutis­sait à toutes les conséquences que l’intuition de la durée vraie implique. Le marchand qui livre cent pieds d’arbres, vingt chevaux, ne livre pas des quantités, mais des nombres ou des quotités. L’habitude étant, comme nous l’avons montré, une accumulation de force, l’excitation n’est utile que pour fournir à l’organe ce qui lui manque encore pour l’exécution de l’acte. Jean-Thomas Trojani en a bien conscience, dans son discours du 15 juillet il explique sobrement : L’accord est une formidable réalisation. La pierre, à ses yeux, n’est pas tout à fait pierre tant qu’elle n’est pas à sa place normale ; en retombant à cette place elle vise à se compléter, comme un être vivant qui grandit, et à réaliser ainsi pleinement l’essence du genre pierre. On va se battre. Sans doute aussi, quoiqu’une formule mathématique contienne virtuellement tous les détails d’un phénomène, il y a telle conséquence qui échapperait, si l’expérience sensible n’attirait notre attention, et même tel fait qu’on a bien de la peine à lire dans la formule, après que le résultat de l’expérience nous a forcés d’y réfléchir longuement. L’image des aïeux reparaît un instant comme un spectre, puis s’évanouit. Bornons-nous ici à signaler quelques points essentiels. Elles entrent en rébellion pour leur survie, leur dignité, leur avenir. A part les époques géologiques, il n’est point de périodes de temps aussi vastes que celles qu’ont parcourues plusieurs de ces croyances organisées. Ce qui peut s’énoncer ainsi: ce qui est bon pour le Maroc sera bon pour la France. On dort dans l’exacte mesure où l’on se désintéresse.

Share This: