Le Blog de l'économie et des Finances

La question essentielle des conditions du dialogue social

Donc, les États européens membres de la zone euro qui, du fait de leur déficit interne (la Grèce) ou des défaillances de leurs banques (Irlande), sont endettés seulement dans leur propre monnaie – l’euro – ne peuvent être mis en faillite.Il serait absurde de projeter nos propres institutions comme idéal universel.Pourtant, alors que la plus grave crise du siècle n’en finit plus de finir, la libéralisation des marchés – à laquelle la gauche a largement contribué depuis le milieu des années 1980 – apparaît aujourd’hui comme l’ennemi de l’intérêt général.L’unité est irréductible pendant qu’on la pense, et le nombre est discontinu pendant qu’on le construit : mais dès que l’on considère le nombre à l’état d’achèvement, on l’objective : et c’est précisément pourquoi il apparaît alors indéfiniment divisi­ble.Elle ne s’acheminera nullement par là à la mathématique universelle, cette chimère de la philosophie moderne. Car plus les gens s’entendent bien avec vous, plus ils vous apprécient, plus l’entreprise réussit », défend Christian Navlet. Pour se nourrir, s’abreuver, s’éclairer, Robinson aurait plus DE peine à prendre : il serait plus riche.Le pessimisme peut être le symptôme d’une surexcitation maladive du sens moral, froissé à l’excès par les maux de ce monde ; l’optimisme, lui, indique trop souvent une apathie, un engourdissement de tout sens moral.Comme c’est les ménages et les entreprises contraints de refinancer leurs dettes à des taux défavorables qui seront le plus menacés.Il est vrai qu’on essaie ici de tourner la difficulté.Presque personne, malgré la solennité, ne porte le chapeau de soie.Quelles perspectives souhaitons-nous léguer à nos enfants, sinon celles d’une nation fidèle à une histoire industrielle qu’elle continue d’écrire ?

Share This: