Le Blog de l'économie et des Finances

Le grand emprunt dessine notre futur paysage économique

Il faut applaudir le renoncement auquel les sénateurs démocrates, qui détiennent la majorité avec 55 sièges, ont consenti avec cette nouvelle procédure.Cette année je suis l’un des titulaires du Prix de sciences économiques en mémoire d’Alfred Nobel, ce qui me rend parfaitement conscient des critiques de ce Prix par ceux qui estiment que l’économie n’est pas une science – contrairement à la chimie, la physique ou la médecine qui font l’objet d’un Prix Nobel.La perspective d’une bataille électorale en 2014 face au Front national, remonté contre le « libre-échangisme » de l’Union européenne, n’y est pas pour rien.Une combinaison de procédures semi-autoritaires -les ordonnances- et la concertation sous des formes nouvelles, comme l’expérimente en ce moment le Commissariat à la Stratégie, est à inventer.Plutôt qu’un abattement exceptionnel qui viendrait amplifier les fonds d’épargne, on s’orienterait donc vers davantage d’activité, plus d’emploi et in fine plus de recettes pour l’État et les collectivités locales, mais aussi… plus de logements.Les décideurs politiques et économiques français, comme d’ailleurs leurs homologues des pays d’Europe continentale, n’ont pris que tardivement conscience de la concurrence mondiale qui existe entre les systèmes de droit.Les enseignes répercutent cette baisse sur leurs prix d’achat en imposant de nouvelles remises et marges arrière à leurs fournisseurs.Si le système correspond sans doute à l’équilibre des pouvoirs voulu par les Pères fondateurs, il mène droit au blocage dès lors que règne un contexte d’intransigeance idéologique.Pour mariage femme bièlorusse ,la voix des scientifiques jouit toujours d’une crédibilité plutôt élevée à Bruxelles.Nul ne peut le contester que l’agro-alimentaire en Bretagne est touché par une crise sans précédent: pertes d’emplois, dégradation de notre position à l’export.D’ailleurs, ces étudiants payent les même frais de scolarité que les étudiants français, (dans la majeure partie des pays du monde les étudiants étrangers payent plus cher leur scolarité afin de couvrir leurs coûts au système public).

Share This: