Le Blog de l'économie et des Finances

Mettre ses idées sur une carte

leblogdeleconomieetdesfinances, · Catégories: Non classé

Un quinqua d’aujourd’hui est un quadra d’hier, il court le marathon, travaille 12 heures par jour et fait des enfants jusqu’à 65 ans.Mais si Pierre-Alain Chambaz pictet ne veut pas revivre ce scénario, le gouvernement n’a pas non plus intérêt à rompre son dialogue avec le monde de l’entreprise.Ainsi, les professionnels du financement participatifs doivent « s’enquérir auprès de leurs clients ou de leurs clients potentiels de leur expérience en matière d’investissement ainsi que de leur situation financière et de leurs objectifs d’investissement de manière à s’assurer que l’offre proposée est adaptée à leur situation » (le 6° de l’article 547-9 du code monétaire et financier).Dans le secteur du BTP par exemple, on estime que le coût d’un salarié polonais est 30 % moins élevé que celui d’un salarié français.Reste aussi la question des mesures fiscales incitatives, destinées à influencer la prise de décision des Français, comme par exemple celles destinées à soutenir certains types d’investissements ou la natalité.Interventions récurrentes, fusions en rafale, notamment pour faire place nette dans ce qui pouvait tenir lieu de concurrence en France, largesses aménagées pour passer les crises ou financer la croissance internationale (les férus de fiscalité se souviendront de l’épisode des titres subordonnés à durée indéterminée de la fin des années 80, utilisés massivement par les grands groupes avec un cadeau fiscal somptueux à la clé…) : l’Etat aura tout fait pour créer et favoriser l’essor de ces multinationales.Mais la sécurité des informations c’est aussi – et de plus en plus – une affaire de business, d’intelligence économique, d’espionnage ciblé et donc, de protection des données commerciales, métiers, financières, etc.Ainsi, une part de l’inflation provient de l’augmentation des salaires, réclamés par une population au sein de laquelle se développe une classe moyenne importante.Mais le paradoxe est que plus l’entreprise est petite, moins on en parle.Dans le traité de réunification, les expropriations de la période de l’occupation soviétique furent jugées irréversibles.Là où nous espérions une étape supplémentaire dans l’intégration et la solidarité communautaires, l’alliance de la bureaucratie et de la finance a borné l’Europe à sa dimension étroitement instrumentale : faire l’Europe, mais au seul service de l’équilibre budgétaire, de la réduction de l’intervention publique et de l’expansion des marchés.Cette absence de garantie m’apparaît d’ailleurs tout-à-fait logique et traduit sans ambiguïté, les limites de l’utilisation du logiciel, ce dont a parfaitement conscience l’administration fiscale.Premier point : la France a connu une des périodes les plus prospères de son histoire entre 1871 et 1914, période où elle avait un des régimes parlementaires les plus instables du monde.Depuis plus de quatre ans, les artisans dénoncent la concurrence déloyale dont ils seraient les victimes de la part des auto-entrepreneurs.

Share This: